Kunstmuseum aan zee Collecties van
de Vlaamse Gemeenschap
en
Stad Oostende

Exposition

L’Europe Fantôme – la représentation de l’art d’Afrique au vingtième siècle.

L’Europe fantôme examine la représentation occidentale de l’art africain au vingtième siècle. Quels fantasmes exotiques et coloniaux sous-tendent le regard que nous portons sur l’art primitif, l’art nègre et l’art ethnique ? Quel rôle ont joué à cet égard les artistes, écrivains et chercheurs européens et africains au cours du siècle passé ? Partageons-nous un patrimoine ? Les choses ont-elles changé depuis le temps où l’écrivain et poète Guillaume Apollinaire (1880-1918) appelait dans son traité Sur les musées de 1908 à faire entrer au Louvre des ‘chefs d’œuvre exotiques’? Aujourd’hui, cent sept ans plus tard, quelle image avons-nous de l’Afrique et quel rôle joue le musée ethnographique ? Quelles traces ont laissées l’anthropologie et l’ethnographie héritées de l’époque coloniale ?

 

Ces questions sont à la base du projet artistique L’Europe fantôme. Pourquoi le Mu.ZEE a-t-il décidé de monter cette exposition et de relever l’ambitieux défi d’examiner la collection du Musée Royal d’Afrique centrale de Tervuren ? On trouvera un début de réponse dans le dialogue que le musée a entamé l’été 2014 avec le plasticien Sammy Baloji avec l’exposition Hunting & Collecting. Il a rassemblé des artistes et scientifiques et combiné des documents historiques, des données économiques et la collection d’art du Mu.ZEE. C’est cette manière de procéder à partir de documents que veut poursuivre l’exposition L’Europe fantôme.

Documents et écrits constituent le point de départ de l’exposition, notamment les premières photos et publications d’objets et de masques africains. La sélection de plus de 45 œuvres d’art de la collection du Musée Royal d’Afrique centrale de Tervuren est entièrement basée sur les premières reproductions, descriptions et observations de l’art africain par des photographes, écrivains, ethnographes, ainsi que sur les premières expositions sur le sujet. L’Europe fantôme s’intéresse aussi à la chronologie du 20e siècle et aux recoupements entre art et politique. Il y est largement question des écrits de penseurs et écrivains influents comme Aimé Césaire, Cheikh Anta Diop, Frantz Fanon, et des visions qu’ils ont développées à partir de 1945. L’Europe fantôme étudie enfin divers modèles d’exposition, la manière de représenter l’art africain dans les expositions et les publications, de l’Exposition universelle de Bruxelles en 1897 à nos jours. Patrick Wokmeni a photographié pour L’Europe fantôme de des masques et objets de la collection de Tervuren.

Les fantômes du titre sont peut-être les nôtres et peut-être le moment est-il venu de mettre en évidence la ‘forme et le symptôme’ des divers regards et manières de regarder. L’Europe fantôme, c’est le regard porté, le regard subi et leurs interprétations au cours d’un siècle, c’est aussi la confrontation de ces regards. (*)

L’Europe fantôme en coll. avec le Musée royal d’Afrique centrale de Tervuren.

(*) extrait de l’introduction de Phillip Van den Bossche et Koenraad Dedobbeleer

 

Artistes participants   

Sven Augustijnen (B)

Sammy Baloji (DRC)

Peggy Buth (D)

Duncan Campbell (UK)

René Hansoul (B)

Hannah Höch (D)

Candida Höfer (D)

Arnold J. Kemp (USA

Wangechi Mutu (KEN)

Otobong Nkanga (NGA)

Manfred Pernice (D)

Lisl Ponger (AUT)

Jan Vercruysse (B)

Patrick Wokmeni (CMR)

 

Photos historiques de 

Alice Seely Harris (UK)

Vladimir Markov (Voldemārs Matvejs) (LVA)

 

Documentaires et films de

Francis Dujardin (B)

Chris Marker (FR) & Alain Resnais (FR)

Barbara McCullough (USA)



Aperçu des expositions passées »

04/07/2015 - 03/01/2016
€9 individuel
€7,50 55+, groupes ≥15 pp
€1 13-26 ans
Gratuit jusqu’à 12 ans