Kunstmuseum aan zee Collecties van
de Vlaamse Gemeenschap
en
Stad Oostende

Exposition

Tiwtmin timazighin

Quand on est devant l’Atlas – Qu’est derrière? dit-on. L’Atlas franchi, on voit le pays gris et ocre avec de grands soleils et un ciel énervé. Un ravin. Un autre mont qui fait rêver – Qu’est derrière? On va. C’est le même pays gris avec le ciel. Le mystère n’est pas dans l’Imazighen mais dans le Berbère cheminant sous les cèdres. Pourtant, on espère un pays (inconnu) mystérieux. On n’est jamais déçu parce qu’il est banal, mais on veut celui qui est derrière. 
Jean Genet, Lettres à Ibis (Correspondance de jeunesse, 1933-1948).

 
Cette exposition rassemble dans le contexte du musée une sélection de tapis berbères historiques provenant d’une collection ostendaise, en dialogue avec une correspondance textuelle et iconographique présentée sous la forme de cadavre exquis. Un jeu d’écriture littéraire collectif cher aux surréalistes, le cadavre exquis provient d’un mouvement artistique qui fut l’une des dernières avant-gardes de l’entre deux-guerres; ouvrant de multiples portes au songe et à l’imagination. Depuis les tracts distribués par les surréalistes affirmant que “Le surréalisme est à la portée de tous les inconscients” et la faveur populaire gagnée par le mouvement après la seconde Révolution industrielle, l’acte artistique prétendait ainsi devenir le moteur d’un changement social. 

Le hasard et la main sont des fils rouges qui nous guident vers les tapis Imazighen. La collection présentée à Mu.ZEE rend compte de l’imagination et du tissage par des femmes dans un contexte de création artisanale datant pour la plupart du début du XX° siècle. Cette période de l’histoire du Maroc est marquée par la colonisation française qui a côtoyé et tenté d’influencer la réalité sociale, économique, politique et spirituelle des tribus berbères dans leurs multiples aspects et variantes. Tout au long du XX° siècle, les changements socio-économiques et technologiques, les allers-retours entre milieux ruraux et urbains ont influencé la richesse des motifs, des couleurs, des signes et des techniques de tissage de la laine selon les contextes. En tant que productions de la main et de l’esprit issues de milieux ruraux berbères du Maroc, leur mise en exposition maintient ouverte une ambiguïté entre leur statut de productions artisanales et celui d’oeuvres d’art. Au-delà de leurs aspects techniques et esthétiques, on lit entre les lignes de ces productions historiques un lien intime avec un travail manuel féminin. Il est sujet à de nombreuses contingences et dynamiques selon les contextes économique, social et spirituel dans lesquels elles ont été réalisés. Plus largement et mis en perspective avec le propos plus large de l’exposition, elles révèlent une spontanéité et une immédiateté permettant à ces femmes de déployer une créativité et des formes d’expression. Elles induisent un dépassement des déterminismes attachés à leur condition et place dans la société en tant que productrices. 

Par affinités avec le surréalisme qui se distinguait des autres avant-gardes par sa non-croyance au paradigme du progrès et la technique, les tapis berbères révèlent à leur tour par ricochets une multitude de “hasards objectifs” dans leur esthétique et dans le contexte d’une exposition muséale. L’inspiration et le jeu proposé avec les cadavres exquis présentés à Mu.ZEE sont la retranscription d’une correspondance entre les deux commissaires. Tout comme ces tapis et la culture des Imazighen de manière plus générale; ils sont des annotations libres qui font la narration de multiples histoires. L’exposition Tiwtmin timazighin met en relation par ellipses deux périodes historiques concomitantes, l’entre deux-guerres en Europe et la période de la colonisation au Maroc. Le dialogue entre une collection berbère historique et les cadavres exquis cherche à son tour à trouver dans l’inconscient le ressort premier de la création.
 
Phillip Van den Bossche, Karima Boudou

 


 

1.  “Tiwtmin timazighin” signifie ‘Femmes amazighes’ en berbère. 
2. Le terme “Imazighen” signifie ‘Berbères’. Il désigne des populations autochtones d’Afrique du Nord, dont la présence remonte à 5000 ans avant notre ère.

 



Aperçu des expositions passées »

16/06/2018 - 04/11/2018